Une histoire, des terroirs, des vins !

C'est au xiv siècle que naissent à Carnac les premières racines de l'histoire du domaine.Fort de ce patrimoine familial,c'est en 2000 que Virgine et Matthieu prennnent possession des lieux pour restructurer et recomposer un potentiel de terroirs d'une grande richesse,dont le domaine compte aujourd'hui une des plus belle diversité.

Cette palette  recomposée sur 29 hectares, laisse aux vignerons une grande liberté de création. Le respect absolu de leurs terroirs comme ligne de conduite et l'amour du travail bien fait c'est l'alchimie gagnante du Château Ponbac.



LA TRILOGIE A L'HONNEUR ET EN PAUSE

 

Voilà plus de dix ans que nous mettons ,passion énergie et savoir-faire à l'élaboration de notre rilogie: "Maintenant, Patiemment, Eternellement".

Une occasion de fêter dignement cet anniversaire!

C'est autour du chef Alexandre Marre du restaurant Le Balandre que la fête à été organisée dans l'esprit et le respect de nos traditions occitanes: Finesse en bouche, verbes hauts, échanges , convialité et rythmes...un superbe moment de plaisirs partagés.

Toujours fidèle à l'esprit de la trilogie.

Le chef et les vignerons surpris en pleine pause...bien méritée!



Couleurs flamboyantepour les vendanges de ce très beau millésime 2016 !

Une étape primordiale,

vendangéle plus tard possible , gage de maturité de la baie et du pépin.....Cette année 2016 nous auras offert,après des débuts difficiles,une fin de saison propice aux grands millésimes.

Douceur et soleil étaient au rendez-vous pour ces vendanges,avec un raisin mature et gorgé de sucre.

C'est toute la promesse de cuvées d'exceptions!



Les caves du Château Ponzac

 

Chargées d'histoires,c'est pour nous l'âme du domaine.

Trois voutes, trois univers, trois finalités et sensibilités différentes.

Une première voute accueille les barriques de chêne pour l'élevage de " l'ETERNELLEMENT"

La seconde, les foudres en chêne pour l'élevage de notre nouvelle cuvée parcellaire,

et enfin la troisième,pour les jarres en terre cuite pour l'élevage de notre cuvée "CÔT EN DOLIA".

Ce lieu dédié à l'élaboration de nos vins, est le reflet, en toute confidentialité, de notre recherche d'excellence.



Un plaisir partagé,

Comme chaque année, une repas de fête marque la fin des vendanges à la main.

C'est un moment de partage et de convialité incontournable devenu tradition à la propriété.L'occasion pour nous de pérenniser de beaux partenariats culinaires comme ici,avec le chef Alexis Pelissou, qui nous a fait l'amitié de nous mitonner un merveilleux repas champêtre

Des instants inoubliables !



Des vendangeurs venus de Norvège
La journée d'hier au château Ponzac à Carnac-Rouffiac illustre la tradition festive des vendanges. Un soleil généreux qui inonde la parcelle de vigne plantée sur un plateau. Des grappes aux grains noirs mâtures. Des dizaines de jeunes cueilleurs et pour le repas de midi, une joyeuse tablée de 80 convives réunie dans la cour de la propriété.
«Chaque année, c'est le même rituel. Sur cette parcelle de 2 ha dont le sol argilo- ferrugineux donne notre cuvée haut de gamme, on préfère la main de l'homme et son œil pour choisir les grappes plutôt que la machine. On organise donc, des vendanges manuelles, en y faisant participer les amis, des cavistes, nos clients», explique Mathieu Molinié qui dirige le domaine avec son épouse Virginie.
La nouveauté cette année est le renfort de bras avec la venue depuis l'Insa Toulouse de 32 élèves ingénieurs norvégiens. Pour la première fois de leur vie, ces jeunes gens de 20 à 24 ans, ont passé la matinée, sécateur à la main, accroupis dans les rangs de vigne pour couper les grappes, trier le bon grain, enlever la pourriture et remplir les cagettes.
C'est Jérémy Arnaud, le directeur marketing de l'UIVC qui a eu l'idée de cette immersion au cœur du vignoble pour ces étudiants étrangers, château Ponzac exportant ses vins en Norvège via les services commerciaux de Pascal Verhaeghe (Cèdre Diffusion).
Les futurs ingénieurs qui suivent à Toulouse le programme d'études «Norginsa» tireront qui sait de cette expérience à la campagne, quelques enseignements. À la fin de la matinée, les mains étaient couleur jus de raisin, le sécateur n'a pas fait de blessé.
Sur cette parcelle, Mathieu Molinié a volontairement limité le rendement à 35 hectolitres. Sur les autres vignes du domaine, il se situera en moyenne à 45 hectos. «Le rendement est moyen, commente le vigneron, mais d'un point de vue qualité, ce sera un joli millésime, plein de fraîcheur et d'une belle couleur si on en juge par le jus qui coule des cuves.» Le domaine qui s'étend sur 27 ha a commencé à rentrer le raisin lundi.

http://www.ladepeche.fr/article/2012/10/14/1464504-carnac-rouffiac-des-v...

 



LES JARRES de Ponzac

2005, année de naissance d’Alexia notre fille, année de la création de la trilogie, année de la rencontre avec Philippe et Vincent.

Philippe et Vincent, deux passionnés de vin, ouverts au partage et amis fidèles de la famille !

Vincent est délibérément encré dans la Terre, fondu d’agriculture paysanne, et des valeurs qui l’accompagnent : patience, rapport au temps et amour du travail bien fait. Philippe artisan peintre inspiré et précis, épicurien, curieux, amateur de vin, et de convivialité.

Voilà pour le portrait des acteurs ! Tous deux nous ont demandé d’initier nos vins aux jarres en terre cuite. Quelle belle idée ! Parfois un peu réfractaires aux nouvelles expériences, nous avons finalement accepté le défi de cet élevage hors du commun. D’un point de vue œnologique ce matériau naturel a pour objet d’élever les vins sous « oxydation ménagée » comme en barrique sans avoir la rétrocession aromatique du bois. Ceci afin de préserver au maximum l’expression originelle du raisin. Merci à eux pour cette audacieuse initiative et rendez- vous dans quelques mois...



Halte Toulousaine « La Cour des Vins, les Vins de la Cour et le Château Ponzac »

     « Avant d’être caviste, je tenais un restaurant, le Pic Saint Loup à Toulouse et déjà les vins du domaine étaient présents. Depuis 8 ans et une jolie amitié, je poursuis mon chemin, deux caves, où la bonne humeur, le conseil, l’accueil sont les maître-mots.

     Nous proposons une palette éclectique de vins de régions, un large choix de vins de Bourgogne, Bordeaux, Loire, Côtes du Rhône, et de vins du Sud-ouest bien évidemment... ainsi que whisky, rhum, et armagnac...

     Nous organisons de façon régulière des dégustations avec des vignerons à découvrir. En soirée nous proposons soit des dégustations privées sur demande à partir de 10 personnes soit sur invitations pour nos abonnés à la newsletter amateurs (www.lacourdesvins.fr). Nous sommes toujours à l’affut de nouveautés, notre curiosité toujours en éveil nous amène à déguster très régulièrement afin de découvrir et faire découvrir des vins originaux. Nous restons toutefois fidèles à de nombreuses références dont nous restons convaincus, telles que le Château Ponzac ! »



Château Ponzac, de nouveaux défis

     Après l'arrivée de Matthieu Molinié sur la propriété familiale du Château Ponzac à la fin des années 90, la mise en place en 2005, d'une trilogie de cuvées élaborées sur l'expression de terroir, 2012 constitue une nouvelle grande étape dans la vie du domaine. Virginie, la compagne de Matthieu, vient de s'installer en temps que jeune agricultrice sur l'exploitation. Un pari audacieux pour cette vigneronne de 32 ans et de beaux projets en perspective.

     C’est sur les coteaux de l'appellation, à Carnac Rouffiac, non loin de Sauzet, que nous avons rencontré le couple de trentenaires, propriétaire du Château Ponzac. Matthieu, enfant du pays et fils de vignerons est un homme posé, observateur et très pragmatique, désireux d'aller progressivement au bout de sa logique, « sans accélérer les choses, en avançant marche par marche » aime t'il a souligner. « Nous avons pris le temps nécessaire pour bien appréhender notre terroir, nous l'avons observé et l'avons testé, parcelle par parcelle, pour le comprendre et lui permettre d'offrir tout son potentiel, sa plus juste expression ». Dans cette logique de terroir, sept ans ont été nécessaires pour aboutir à la mise en place du socle de cuvées du domaine : La trilogie du Château Ponzac. « Avec nos trois vins, Maintenant, Patiemment et Eternellement, nous avons réussi à donner un côté ludique à nos terroirs, à créer un lien entre le consommateur et l'essence même du sol » poursuit le vigneron.

Virginie, une jeune agricultrice installée

     Virginie, arrivée sur le Domaine en 2000, un BTSA option viticulture œnologie en poche, déborde d'énergie et ne manque pas d'idées pour développer l'activité de la propriété. Cette ancienne handballeuse, arrière petite fille de vigneron est originaire de Gironde, à quelques kilomètres de Saint-Emilion. Un temps salariée sur le domaine, puis conjointe d'exploitant agricole, la voici désormais jeune agricultrice. « Tous les éléments étaient réunis pour que je me lance : notre gamme de vins aboutie et de mieux en mieux identifiée et notre offre commerciale bien structurée. La dizaine d'années passées sur le domaine m'ont permis d'acquérir une vision transversale sur l'exploitation » explique la jeune femme. Un sacré pari quand on sait que l'an passé, il n'y a pas eu la moindre installation de jeune agriculteur dans le vignoble cadurcien.

Vers un vin blanc au Château Ponzac

     Après les 3 Cahors et le rosé demi sec du domaine, c'est un vin blanc qui devrait prochainement voir le jour au Château Ponzac. « Un projet qui me tenait depuis longtemps à coeur » poursuit Virginie. Fidèles à leurs choix historiques, fondés sur l'expression du terroir au travers d'un cépage, les deux vignerons ont fait le choix du Chenin pour cette première expérience : un raisin qui révèle une expression aromatique plus minérale que variétale. « Si cette plantation de blancs répondait à des aspirations personnelles, il n'en demeure pas moins qu'il s'agit d'une logique de terroir » précise Matthieu qui aime à rappeler que le Quercy du XIXème siècle comptait la présence d'une forte proportion de cépages blancs, notamment le cépage autochtone « Noual ».

     Virginie avoue avoir également un faible pour le viognier, « un cépage qui me colle à la peau » lance-t-elle. Un cépage qui devrait apparaître à terme sur le domaine.

     L'autre grand projet mené par Matthieu et Virginie vise à aménager un lieu d'échange et de convivialité sur la propriété pour renforcer les liens avec leurs clients. « Nous voulons donner encore plus de sens à nos actions, nous rapprocher de nos clients et partager notre passion avec chacun d'entre eux » conclut Matthieu.



Détours entre amis.
Ils
aiment Château PONZAC, réservez leur une halte !

Table William
14 rue Erasme - 31400 Toulouse

Deux rendez-vous dans la maison de William nous ont convaincu !

Inspiré et précis, William nous a concocté un repas russe et un repas chinois.
Avec du CAHORS ?
OUI bien sûr,
Des saveurs intenses et variées qui confirment que même en France, le Malbec s’exporte bien à destination de mets et de notes culinaires pour le moins  inattendues….

Essayer donc !

Alors, et selon la légende, au diable les frontières !
Le diable cher à l’universel Pont Valentré de CAHORS bien sûr !
N’hésitez plus à vous risquer à la recherche d’alliances gustatives nouvelles, vous constaterez que le CAHORS aime et apprécie les voyages.

Autres détours dans le département du Lot où vous attend "Une surprise à chaque pas".

Château Ponzac est à demander:

Cahors "les platanes" Boulevard Gambetta
Saint Cirq lapopie   "Le Cantou"
Aux Arques   "la récréation"
Prayssac   "O Plaisir des Sens"
Toulouse "La Cour des Vins"



Indiscrétion de cordon bleu : Saucisse en « rosée »

 

Vu dans « feuille de vigne III » et recommandé par Anna Magnat !

• Disposez- les dans une poêle à bords un peu hauts

Pour 4 personnes, compter une douzaine de saucisses fines de porc du pays pour

1 bouteille de rosé de PONZAC, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive.

• Piquez vos saucisses recto verso

• Disposez- les dans une poêle à bords un peu hauts

• Versez-y la bouteille de rosé

• Portez à ébullition par un feu moyen

• Au bout d’une vingtaine de minutes, le rosé sera évaporé,

versez  alors la cuillère d’huile d’olive et laissez prendre à vos saucisses une jolie couleur dorée,

des deux côtés ! 

 Servir chaud avec salades ou légumes. Servir froid à l’apéritif en épaisses rondelles.



Virginie baptise son projet d’installation par la plantation du premier parcellaire de blanc, un chenin qui accompagnera désormais la trilogie de sa robe dorée...

Un cépage qui révèle une expression aromatique

plus minérale que variétale

« Fidèles à nos choix historiques fondés sur l’expression du terroir au travers d’un cépage ; nous avons fait le choix pour cette première expérience d’un cépage qui révèle une expression aromatique plus minérale que variétale.

C’est donc la nature du sol qui comme sur notre trilogie déterminera la saveur et l’intensité de l’expression  du cépage.

Le chenin est un des rares cépages hautement sensible à cette minéralité. Nous souhaitons ainsi cultiver l’expression de nos terroirs même au travers d’un cépage blanc qui peut paraître surprenant dans un   univers consacré au rouge. »

Quand l’histoire témoigne :

« La période phylloxérique qui se situe en France fin XIXè siècle (1870) indique que le vignoble de l’époque comptait la présence d’une forte proportion de cépages blancs, notamment un cépage autochtone   le « Noual ».
 

Des terroirs de référence

Dans la Loire le chenin se retrouve sous plusieurs facettes : des versions du Layon (liquoreux), du Sancerre à l’effervescent que l’on retrouve dans les Saumur. Il sait aussi s’adapter et laisser court à la créativité du vigneron.

La mise en oeuvre du nouveau produit va s’orienter autour des choix culturaux « Bio » (la protection  sanitaire et entretien du sol), des rendements volontairement maîtrisés (un ramassage à la main et en   cagettes respectant l’intégrité du raisin), et des vinifications évidemment pilotées à la faveur de la générosité du millésime.

Nous souhaitons, avec ce vin blanc de chenin, séduire les palais initiés ou avertis. Le fil conducteur sera alors la douceur, l’originalité et la surprise en bouche. » cépage. L´expérimentation a été menée de 1993 à 1999, chaque année, les vins faisant l´objet d´une dégustation. À noter que des assemblages ont été réalisés. Au final, le viognier, le chardonnay, le chenin et le sauvignon semblent particulièrement prometteurs.



2012, un été très chaleureux à PONZAC

 

Cette saison estivale aura été pour nous, une belle réussite !

En effet, malgré un contexte délicat (tendu) (normal !) vous avez été plus nombreux  que l’an passé à nous rendre visite.

            Alors pour cela … Merci !

 

Nous avons eu également la satisfaction d’être cité au titre de « coup de cœur » de la revue des vins de France, et d’être, sélectionné et bien commenté, par le Guide Bettanne et Dessauve 2013 ainsi que le Guide Hachette 2013.

 

            Enfin, de nouvelles conquêtes à l’internationale ont marqué l’été 2012 : après les USA et la  Norvège l’an passé c’est l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Angleterre qui vont désormais pouvoir profiter (disposer) du « Maintenant » et du « Patiemment ».

 

            C’est donc avec plaisir que nous vous accueillons à nouveau par cette « web visite » qui vous permettra, nous l’espérons, de revivre pleinement les moments « goutés » au Château.

 

            A très bientôt        

            Virginie & Matthieu



Château PONZAC et selle d’agneau

A Carnac-Rouffiac, la famille Molinié exploite 26 hectares de vigne, avec le Malbec en figure de proue. Le vignoble de Cahors est, en effet, la patrie nourricière de ce cépage rouge, peu planté ailleurs dans le monde, sauf en Argentine. Le Malbec tisse même des liens transatlantiques … En fonction des terroirs, les Molinié ont conçu trois cuvées : Maintenant, sur le calcaire marneux ; Patiemment, pour l’argilo-calcaire ; et Eternellement, sur des argiles ferrugineuses. Combinés à des élevages distincts, ces bébés collent in fine à autant de moments de consommation : l’entrée de gamme à boire jeune, presque sur le pouce ; son cœur de gamme, pour un plaisir à petit prix un soir d ‘été ; et enfin le vin élevé 18 mois en barriques neuves pour des moments d’excellence. Au centre de cette trilogie, Patiemment est un vin bien fait qui accompagnera – sans lui donner un coup de soleil – une selle d’agneau et sa purée d’aubergine. A l’abri, sous la tonnelle. Du fruit, de la finesse, et la preuve que les bons cahors d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec les vins lourds et rustiques du passé.

www.blackisphere.fr

Château Ponzac, cuvée Patiemment 2009. AOC Cahors. 7€ à la propriété

Bienvenue au Domaine

Jamais sans ma Terre

Lotois, pure souche, A.O.C. de naissance !
Formé avec application aux techniques viticoles, j’ai choisi, aux côtés de Virginie, de relever le défi de produire, élever et commercialiser  du Cahors, un défi pour une vie. Pas de vin sans l’esprit du vin ! Issues du cépage Malbec nos cuvées sont le reflet de la diversité des terroirs qui caractérisent notre propriété. Ainsi,la Trilogie du château Ponzac se compose de trois cuvées intitulées:«Maintenant»pour le sol calcaire-marneux, « Patiemment » pour le sol argilo-calcaire et « Eternellement » pour le sol argilo-ferrugineux.Toutes les trois sont le fruit d'un travail rigoureux à la vigne: maîtrise des rendements, effeuillage,  vinification séparée de chaque parcellaire. Puis vient le temps de l'assemblage,moment intime et crucial pour les vignerons, ultime étape dans l'expression de ses  terroirs. Pour Chateau Ponzac, beaucoup d'énergie,d'échanges et d'attention acompagnent la mise au monde d'un nouveau millésime....Mais votre palais en sera seul juge,venez découvrir nos cuvées et bienvenue au domaine,

Pour vous, la table est déjà dressée !

Matthieu et Virginie